Le Bilan Carbone de Konica Minolta Business Solutions France, sur l’année calendaire 2014

Le premier Bilan Carbone® a été réalisé sur les consommations de l’année 2011 , celui-ci sur celles de l’année 2014. En 2011, seul un bilan réglementaire de gaz à effet de serre (Energie, Climatisation & Déplacements) a été réalisé. La comparaison s’effectuera donc sur ce périmètre. De plus, en 2011, Konica Minolta comptait 1 119 collaborateurs alors que l’entreprise compte 1175 collaborateurs à la fin 2014 ;  la comparaison sera donc faite en ratio par collaborateur.

  • Année 2011 : 4 223 tonnes équivalent CO2
  • Année 2014 : 4 497 tonnes équivalent CO2e

La variation brute des émissions est donc de + 274 t CO2e (+6%).

Cela représente :

  • 443 tours de la Terre
  • 173 jours d’éclairage d’une grande ville comme Paris
  • 4579 Aller/Retour Paris-New-York
  • 12 arbres à planter par collaborateur pour compenser

Voici le résultat par collaborateur :

Ainsi, par rapport à 2011, le Bilan Carbone effectué sur l’année 2014 a légèrement augmenté par salarié pour les raisons suivantes :

  • Augmentation des quantités de fluides rechargées pour les climatisations (+15%) par rapport à 2011. En effet, au cours de l’année 2014, sur Carrières sur Seine, les appareils de climatisation en été rechargés avec des quantités importantes.
  • De nouvelles données ont été comptabilisées en 2014 telles la consommation de vapeur sur le siège, ayant entrainé une augmentation des consommations énergétiques par collaborateur.
  • Les émissions liées  aux déplacements (flotte automobile, avion et train) ont été quasiment stables (+2%). Cette légère augmentation s’explique par l’introduction de nouvelles voitures dans la flotte avec la fusion avec REPRO CONSEIL, dont certaines avaient un taux d’émission (g de CO2 par km) plus élevé que la moyenne.
  • Notons que la consommation d’électricité par collaborateur a fortement diminuée (-61%) entre 2011 et en raison d’une baisse de nos consommations en valeur absolue qui s’explique à la fois par une amélioration des éco-gestes en interne et à une amélioration du mix énergétique français en faveur des énergies renouvelables.